Tom Thomson, esquisses d’un printemps

éditions Dargaud – septembre 2019



« Et si la liberté consistait à posséder le temps ? Et si le bonheur revenait à disposer de la solitude, d’espace et de silence… » Sylvain Tesson « Dans les forêts de Sibérie »

Ce projet,  je le veux poétique, philosophique, proche de la nature, riche en réflexions…  Je le veux contrasté entre douceur du personnage et âpreté du destin de cet homme et de la nature canadienne. Je le veux sobre et dépouillé resserrée autour de gestes simples  (peindre, pêcher, marcher, regarder le ciel, vivre, aimer, manger, et mourrir…), un livre qui nous sorte de ce monde compliqué à comprendre. Une bande dessinée qui nous amène à réfléchir sur la vie simplement en suivant les pas du dernier printemps de ce peintre. Proposer une autre façon d’être dans le temps en le laissant filer sans la moindre retenue et agrandir son espace intérieur en se libérant du superflu.

J’aimerais avec ce projet de bande dessinée sur Tom Thomson mener le lecteur à la fois à la compréhension de son œuvre et à la compréhension de sa mort. Les deux – l’art qu’il nous lègue et la légende – sont toujours allés de pair par le passé mais jamais de façon aussi simultanée. Tom Thomson déployait une ardeur unique à la recherche de la beauté et de la vérité, mon projet est à la recherche de la même chose avec la folle envie de laisser une trace en nous-mêmes.

 » La beauté est comme la vérité, toute relative… Elles sont la simplicité et la faiblesse de chacun. Quoi de plus fragile ? Beaucoup d’artistes partent solitaires à leurs recherches comme pour mieux se rapprocher de sois-même. « Nature enchanteresse sans pitié, rivale toujours victorieuse, laisse-moi ! Cesse de tenter mes désirs et mon orgueil ! L’étude du beau est un duel où l’artiste crie de frayeur avant d’être vaincu. » Charles Baudelaire

Il faut être patient et obstiné, Tom Thomson avait ses qualités. Il a réalisé des centaines d’esquisses et achevé plusieurs toiles témoignant d’une individualité, d’un charme et d’une puissance extraordinaires, mais surtout remarquables parce qu’elles expriment une essence typiquement canadienne, qui jamais auparavant n’avait été exprimée avec autant d’intensité et de constance. Il a perdu la vie alors que sa carrière était en plein essor et il est triste de penser à ce que sa mort prématurée nous a enlevé.

Dans ce projet, on retrouve en filigrane plusieurs vérités qui changent et se transforment comme ses peintures au fil d’une saison.

Il y a les vérités du peintre face à son motif, les vérités de la mort face aux circonstances et la vérité que recherche en vain une jeune femme 30 ans plus tard. La disparition soudaine de Tom Thomson reste encore aujourd’hui un mystère et fait partie de son histoire autant que ses œuvres.